Consultations pour cet article:
ARTivision est une page Web de l'association ARTivities
F.IDYLLE &COPY 1997

Pour tout contact avec ARTivision
fred.idylle@wanadoo.fr

Bonne lecture !
Communiquez nous vos commentaires.
Merci d'avance.

  

Le Mystère de Mercure

I Introduction

  Le 26 Février 1998,l' éclipse totale de soleil, visible heureusement en Guadeloupe, où le ciel était dégagé, nous a permis d' observer, au moment précis o ù la lune recouvrait exactement le disque solaire, entre autres choses, la planéte Mercure en plein jour, ce qui est rarissime, car on ne peut l' apercevoir qu' à l' aube ou au crépuscule o ù la luminosité de la voute céleste est trés diminuée et puisqu' elle ne s' écarte jamais plus de 27° du Soleil. Cependant les appareils utilisés ne nous ont permis de découvrir qu' un petit point brillant qui manquait de détails révélateurs. C'est pourtant sans doute alors ici, le moment de nous poser quelques questions sur notre voisine qui restent jusqu' à présent sans réponses.

II La genèse de l' affaire.

  Mercure qui est la planète la plus proche du Soleil est une planète bien étrange. Son diamètre est voisin de 4960 km, donc elle est plus petite que Ganimède(5262km) un des satellites de Jupiter ou que Titan (5150km) un des satellites de Saturne . Le cycle diurne dure plus de 176 de nos jours terrestres. La période exacte de rotation de Mercure n' a été déterminée qu' à partir de 1965 à l' aide d' ondes radar puissantes dirigées dans la direction de sa surface et en mesurant les échos reçus . Elle dure 59 de nos jours et elle est synchronisée avec sa période de révolution autour du soleil qui est de 88 jours.

   En fait lorsque la planète accomplit deux révolutions autour du soleil, elle effectue trois tours sur son axe. C' est pour cela qu' il faut près de 176 jours pour qu' un point de la surface de Mercure se retrouve exactement dans la même position par rapport au Soleil. Si la période de rotation était comme la Lune, exactement égale à sa période de révolution la planète présenterait toujours la même face grillée au Soleil tandis que l' autre face serait plongée dans la nuit glacée éternelle. Cependant la température au sol pendant la journée atteint tout de même 430° C, tandis que pendant la nuit , elle frise les -173° C.

   Pour observer Mercure de nos jours, on aurait pu utiliser le télescope spatial Hubble mais la lumière du soleil trop proche de la planète risquerait d' endommager les instruments très sensibles installés à son bord.

  Pour percer les secrets de Mercure, il fallait donc envoyer dans sa direction une sonde spatiale qui pourrait photographier sa surface d' assez près. C' est ce que réalisa dans les années 1970, la sonde Mariner 10 qui frolla d' abord Vénus puis bifurqua grace à l' atttraction gravitationnelle de cette planète vers Mercure. La sonde visita ainsi Mercure le 29 Mars 1974, puis le 21 septembre 1974 et enfin le 16 Mars 1975 et a photographié ainsi les 40 pour 100 de la surface de cette planète sous la forme d' environ 2000 images avec une résolution voisine de 1,5 km, mais concernant une seule face de la planète. L' autre reste totalement inconnue.

  La densité de Mercure est voisine de celle de la Terre, malgré son petit volume, ce qui laisse à penser que cette planète possède un noyau de fer très volumineux alors que la surface étudiée par Mariner10 est dépourvue de fer. De même le champ magnétique de Mercure est intense et vient après celui de la Terre dans le cortège des planètes dites telluriques.

  La surface de Mercure ressemble beaucoup à celle de la Lune criblée de crevasses, mais avec des cratères plus grands dont certains comme Caloris mesurent près de 1300km de diamètre qui semblent être d' origine météoritique. Cette surface est aussi traversée de reliefs linéaires surtout orientés suivant quelques directions privilègées: exemples Nord/Sud, Nord/Est,Sud/Est etc...Il y existe aussi une atmosphère très ténue (formée de faible quantités d' hydrogène, d' hélium et d' oxygène avec quelque traces de sodium et de potassium) car les molècules de gaz agitée par le très puissant vent solaire ont des vitesses supérieures à celles qui devraient les empécher d' échapper à l' attraction de la planète et tout matériau volatil de Mercure va ainsi rapidement se perdre dans l' espace. Cette atmosphère pourrait venir, pense-t-on, des dernières substances volatiles primordiales emprisonnés dans la croute, ou apportées par le passage ou la chute des comètes.

  La trajectoire de Mercure est une ellipse très étirée dont le point le plus rapproché du Soleil (le périhèlie) est à 46 millions de km tandis que le plus éloigné (aphèlie) est à 70 millions de Km. D' ailleurs ce périhélie qui se déplace d' environ 570 secondes d' arc par siècle et il a fallut l'ingéniosité d' Einstein qui seul a pu expliquer en 1916 ce phénomène. Mercure étant très proche du Soleil, la planète ressent les fameux effets relativistes liès à la courbure de l' espace-temps et c' est pour cela que l' orbite de Mercure voit son axe, donc aussi son périhèlie, faire un tour complet autour du soleil en trois millions d' années.

  Mais ce qui motive cet exposé est surtout le fait que le 8 Aout 1991 les astronomes qui bénéficiaient ce jour là d' une fenêtre remarquable pour observer Mercure, puisque de plus, le Pôle Nord de cette planète était légèrement incliné vers la Terre. C' était alors l' occasion révée qu' attendaient les chercheurs du Jet Proplusion Laboratory et du Californian Institut of Technologie, pour décrocher un puissant faisceau radar de 500000W du radio-télescope de Goldstone en Californie vers Mercure. Le signal réfléchi sera alors capté par 27 antennes du Very Large Array, le remarquable réseau de télescopes de 25 m chacun, installé au Nouveau-Mexique.

  C' est alors que les astronomes distinguèrent au pôle Nord une calotte ovale très brillante d' environ 640 x 300 km qui réfléchissait ainsi les ondes radio.Plus tard le 23 Aout 91, une nouvelle salve radar confirme l' observation precédente et bien que Mercure ait tourné d' une centaine de degrés environ, la tache était toujours là . Voyez donc l'image  ci-dessous:

  Cette tache pouvait-elle être la signature radar d' une calotte glacière ? les chercheurs savent en effet que lorsque sa tempèrature est suffisamment basse, la glace réfléchit fortement les ondes radio, comme c' est le cas pour la planète Mars où l' on pense que la calotte glacière couvrant le Pôle Sud et qui est d' un blanc éclatant est aussi couverte de glace. Mais nous l' avons dit pour Mercure, la tempèrature peut monter jusqu' à 430° en présence du rayonnement solaire et on ne voit pas comment cette glace, même si elle venait de comètes, n' a pas depuis lors été volatilisée dans l' espace sous l' effet du rayonnement solaire qui n' épargne pas les pôles, d' autant plus que Mariner 10 n' avait rien détecté de cette glace lors de son passage à proximité de Mercure. Les savants sont donc très perplexes et échafaudent hypothèses sur hypothèses pour résoudre cette énigme. Donc affaire à suivre...

III Conclusion

  Les revues de vulgarisation en astronomie, nous avait déclaré alors, en 1992, qu' une nouvelle fenêtre pour l' observation du pôle Nord de Mercure se présenterait en 1993 et aussi une autre fenêtre pour le pôle Sud en 1994 et qu' il fallait les attendre patiemment. Ce qui est surprenant c' est que jusqu' à présent en en Mars 2000, rien n' a été dévoilé au sujet des observations relatives à ces fenêtres.Pourquoi ce silence? Nous attendons vivement les réponses... Références: d' après les articles de:
- Science et Vie
de Fev 1992
- Ciel et Espace de Mars 1992
- Science et Vie Junior de Fev.1992
- Pour la Science de Dec. 1997.

Si vous voulez plonger dans d'autres mystères planétaires, cliquez s.v.p sur les articles d'Artivision ci-dessous :
   http://perso. wanadoo.fr /artivision/docs/myslune.html
ou http://perso. wanadoo.fr /artivision/docs/match.html
ou http://perso. wanadoo.fr /artivision/docs/Nasajury.html
ou http://perso. wanadoo.fr /artivision/docs/mars.html
ou http://perso. wanadoo.fr /artivision/docs/remucos.html
ou http://perso. wanadoo.fr /artivision/docs/luneorth.html
ou http://perso. wanadoo.fr /artivision/docs/Gille.html
ou http://perso. wanadoo.fr /artivision/docs/RoseC.html
ou http://perso. wanadoo.fr /artivision/docs/lettreouverteSA.html
ou http://perso. wanadoo.fr /artivision/docs/lettreouverteCe.html

  Si vous voulez plonger dans d'autres mystères planétaires, cliquez s.v.p sur les adresses Web ci-dessous:
     http://lheureux.free.fr
ou http://www.cryogen.com/heliord/
ou http://www.multimania.com/sapiens/

  Article mis en page le 21/08/1998 et revu le 15/07/2001 puis le 16/05/05.

IDYLLE Fred

fred.idylle@wanadoo.fr

Retour la page d'accueil