Consultations pour cet article :
ARTivision est une page Web strictement personnelle de :

Fred.IDYLLE - COPY RIGHT 1997

Pour tout contact avec ARTivision
fred.idylle@wanadoo.fr

Bonne lecture !
Communiquez nous vos commentaires.
Merci d'avance.
Adresses du site :


  

La Constante de Ninive.

I Introduction


      C'est un nombre surprenant découvert sur des tablettes sumériennes en écriture cunéiforme (c'est à dire gravée avec un stylet en coin), mises à jour en 1873 par un jeune anglais nommé SMITH dans les environs de Mossoul près de Bagdad en Irak. Ce nombre sera appelé désormais appelé "la Constante de Ninive", du nom de la colline où fut découvertes ces tablettes dont le nombre était voisin, à l'époque, de 33 000.

II La genèse de l' affaire.

     Ce nombre comportait, en le traduisant dans notre système décimal, une longueur de 15 chiffres et ce qui donnait:

N = 195 955 200 000 000.

     Ce nombre représente donc exactement 195 955 milliards auxquels il faut ajouter encore 200 millions , plus que la distance de la Terre au Soleil, si l'on avait l'idée bizarre de l'exprimer en millimètres.

     Après l'avoir introduit dans un ordinateur, Maurice Chatelain découvre que ce nombre N est égal à aussi :

N = 70 x 60 la puissance 7.


     Puis il découvrit encore que N valait très exactement 2268 millions de jours de 86400 secondes, car en un jour on a : 24 x 60 x 60 = 86400 secondes. Alors :

N = 2 268 000 000 x 86400.


     La précession des équinoxes qui fait tourner l'axe de rotation de la Terre autour du pôle de l'écliptique en 9 450 000jours soit environ tous les 25920 ans, était un phénomène bien connu des sumériens, quoique ce soit un fait difficile à observer, car la variation porte seulement sur 1 degré pour 72 ans . Cette longue période de 25920 ans étant par ailleurs divisée en exactement douze périodes zodiacales de 2160 années. (Après l'ère des Poissons, nous entrons actuellement dans l'ère du Verseau donc pour 2160 ans).

  C'est alors que Maurice Chatelain eu le choc de sa vie en découvrant que les 2268 millions de jours représentaient exactement 240 cycles de précession des équinoxes de 9 450 000 jours chacun de 86400 secondes. Autrement dit le nombre de Ninive représentait pour les sumériens, 240 cycles de rotation des saisons autour de la bande zodiacale, mais exprimés en secondes de temps, au lieu de l'être en jours ou en années comme le font les astronomes modernes.

     En résumé, ce nombre énorme, dit M.Chatelain, ne pouvait être autre chose que la grande constante du système solaire que les alchimistes, les astrologues, et les astronomes ont essayé de découvrir depuis près de 2000 ans, alors que, aussi extraordinaire que cela paraîsse, leurs ancètres la connaissaient depuis plus de 3000 ans. Donc :

N = 240 x 9 450 000 x 86 400.


     M.Chatelain découvrit aussi que :
N = 671 x 3 380 000 x 86 400.
.
     Mais nous dit-il, 3 380 000 de jours représentent 19 conjonctions de Pluton-Neptune, 54 conj. de Neptune-Uranus, 204 conj. Uranus-Neptune, 466 conj. Saturne-Jupiter, 4140 Jupiter-Mars, 10122 Mars-Vénus, 23382 Vénus-Mercure.

     De plus M. Chatelain découvre que 2268 millions de jours représentent exactement 90720 x 25000 soit 25000 cycles de la révolution sidérale de Pluton si celle-ci était de 90720 jours au lieu d'être de 90727 jours comme le pensent les savants actuels. Mais étant donné que Pluton n'a même pas effectué un cinquième de sa révolution autour du Soleil, une légère erreur de 7 jours dans nos calculs, serait tout à fait excusable vu le peu de renseignements dont on dispose actuellement sur Pluton.

III Les Constantes des Mayas.


     D'autre part M. Chatelain découvre également, chose très étrange, que les mayas possédaient aussi deux autres nombres encore plus grands que N de Ninive.

- 34 020 millions de jours, soit 15 fois celle de Ninive.
-147 420 millions de jours, soit 65 fois celle de Ninive.

     Ces constantes représentent de même, des périodes de révolutions et de conjonctions des diverses planètes évidemment, encore plus longues que celles déjà évoquées.

III Conclusion.


     En conclusion, tout ceci ne laisse aucun doute sur les qualités fantastiques des astronomes sumériens et mayas et nous donne une preuve supplémentaire, du passé fabuleux qui s'attache aux civilisations disparues de notre planète.


     Article mis en page le 17/07/1998 et revu le 15/07/2001, puis le 25/05/05, puis le 05/03/06 , puis le 16/03/08 .

IDYLLE Fred

fred.idylle@wanadoo.fr

Retour la page d'accueil